Lignes directrices OMS/FAO/OIE pour la surveillance, la prévention et le contrôle de la téniose/cysticercose

La téniose et la cysticercose sont deux maladies parasitaires dont l’importance n’a pas toujours été reconnue par le passé. Pourtant, il devient de plus en plus évident qu’il faut leur donner une priorité plus élevée compte tenu de leur impact économique, en particulier dans les pays limités en ressources, et de la charge qu’elles représentent pour la santé publique. Dans certains pays, il est désormais admis qu’elles constituent un problème de plus en plus important. La confirmation du lien entre l’épilepsie et la neurocysticercose dans les pays d’endémie à Taenia solium est une incitation supplémentaire à consacrer plus de moyens à la lutte contre la téniose/cysticercose. 

Comme pour toutes les zoonoses, le contrôle de la téniose/cysticercose exige une collaboration très étroite à l’échelle nationale entre les services de santé humaine et les services vétérinaires. Les présentes Lignes directrices ont été préparées et publiées conjointement par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) dans le but d’aider les responsables du contrôle et de la prévention de la téniose/cysticercose. Les Lignes directrices OMS/FAO/OIE pour la surveillance, la prévention et le contrôle de la téniose et de la cysticercose regroupent les connaissances et l’expertise précieuse qu’ont accumulées un grand nombre de spécialistes de renommée internationale de cette zoonose pendant plus de cent années de recherches. Sans cette base de connaissances, il est impossible de formuler des recommandations efficaces et éprouvées pour le diagnostic, le traitement, la prévention et le contrôle. 

Depuis la publication d’une ligne directrice plus ancienne (1983), on a acquis une meilleure connaissance de l’épidémiologie de cette zoonose et élaboré une stratégie de lutte plus efficace, résultats dus en grande partie au développement de techniques de diagnostic nouvelles et plus performantes. La prise en charge clinique et les approches thérapeutiques (notamment par imagerie) ont elles aussi considérablement progressé. La présente ligne directrice regroupe ces avancées dans une présentation pratique pour aider ceux qui sont chargés de faire face à cette zoonose. 

Les Lignes directrices portent sur la biologie, la systématique, l’épidémiologie, le diagnostic, la prévention et le contrôle de la téniose et de la cysticercose chez l’homme, les bovins et les porcs. Les chapitres comportent des descriptions des méthodes et des procédures de prise en charge clinique, y compris des protocoles de traitement, destinées à la réalisation d’études d’appréciation du risque et aux programmes de prévention et de contrôle. Les techniques récemment mises en œuvre pour la détection et le diagnostic de l’infection font aussi l’objet d’une description. Les Lignes directrices fournissent des conseils et des recommandations sur la planification, le suivi et l’évaluation des programmes. Elles insistent sur l’importance de la collaboration intersectorielle.