Le Plan stratégique 2001-2005 de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a fait de la sécurité sanitaire des aliments une priorité. Les Pays membres de l’OIE ont estimé que l’organisation devait s’impliquer davantage dans le domaine de la santé publique et de la protection des consommateurs, notamment en prêtant une attention accrue aux maladies d’origine alimentaire et à leurs agents pathogènes, que ces maladies et agents affectent ou non les animaux. Un Groupe de travail permanent sur la sécurité sanitaire des aliments d’origine animale en phase de production a été mis en place en 2002 afin de coordonner les activités de l’OIE dans ce domaine. Il a été demandé au Groupe de travail de se concentrer sur les mesures de sécurité sanitaire des aliments applicables au niveau de la ferme et de suivre en permanence la coopération entre l’OIE et le Codex Alimentarius. Dorénavant, lors de l’élaboration ou de la révision des normes de l’OIE, l’accent est davantage mis sur les conséquences des maladies animales sur la santé publique. Par exemple, le chapitre révisé du Code sanitaire pour les animaux terrestres consacré à la tuberculose bovine comporte des recommandations relatives à la sécurité sanitaire de la viande, des produits carnés, du lait et des produits laitiers. Le chapitre révisé a été approuvé en mai 2005 par le Comité international de l’OIE lors de la 73e Session générale. D’autres chapitres suivront, dont en premier lieu celui consacré à la brucellose bovine.